list_bicycle
img1
img2_1
img2_2
img2_3

案内する人

Guide official de Dive! Hiroshima

Guide official de Dive! Hiroshima

    Je suis de retour d'une merveilleuse balade à vélo sur le Setouchi Shimanami Kaido. J'étais un peu réticent au début

    START

    Voies latérales

    1/8

    • img1

    Je suis de retour d’une merveilleuse balade à vélo sur le Setouchi Shimanami Kaido. J’étais un peu réticent au début car je l’imaginais comme un béton plat et ennuyeux, mais ce n’est rien de tout cela. Le sentier est un excellent moyen de découvrir la richesse culturelle et la beauté d’une partie de la mer intérieure de Seto.

    Shimanami Kaido est très diversifié parfois en courant le long du rivage à son niveau ou en surplomb, parfois en traversant des villages et en survolant la mer entre les îles, c’est une porte extraordinaire qui s’ouvre sur un concentré local du Japon. Les îles ont des productions spécifiques, une histoire locale liée à l’histoire nationale, une vie quotidienne toujours marquée par l’isolement insulaire même après la construction de ponts, qui sont très intéressants à découvrir.

    • img1

    Location de vélos

    2/8

    Une fois arrivés à la gare d’Onomichi, nous avons trié nos bagages et les avons envoyés à notre destination finale à un prix raisonnable afin de voyager léger.* Le terminal de location de vélos est situé à proximité de la gare et est assez facile à trouver.

    L’Ojisan (homme d’un âge respectable) en charge était occupé à faire des choses de l’autre côté et nous avons dû l’appeler. Vous avez le choix entre une dizaine de modèles de vélos, parmi lesquels certains sont conçus et fabriqués dans la région, des vélos pour enfants (jusqu’à 20 kg), des vélos pour enfants et des tandems dans certains points de location. Dans l’ensemble, Shimanami Kaido dispose d’environ 1 500 vélos qui peuvent être loués en tant que Norisute (location aller simple), ce qui ne vous oblige pas à les restituer à l’endroit où ils ont été loués.

    C’est l’option que nous avons prise. Dans ce cas, la caution de 1000 yens devient un frais de base et les frais de location sont de 500 yens par vélo et par jour pendant les heures d’ouverture. Si vous partez pour les travaux, prenez un ensemble de 10 coupons de 500 yens couvrant tous les péages du pont, que vous retirerez en fonction de chaque péage et laisserez dans une boîte à l’entrée ou à la sortie de chaque pont.

    *Depuis la gare JR d’Onomichi, vous pouvez envoyer vos bagages à destination via un service de livraison. Veuillez noter que les bagages peuvent ne pas arriver le jour même. Contactez le centre d’information touristique de la gare pour plus de détails : +81- (0) 848-20-0005

    Ferry

    3/8

    Alors allons-y ! Tout d’abord, nous traversons le canal en ferry depuis le quai situé à côté du terminal de location (70 — 110 yens) pour atteindre l’île opposée de Mukaijima et commencer le trajet. Après être sorti du ferry, il suffit de suivre les marques bleues sur le côté (à gauche, bien sûr) de la route pour reprendre son chemin.

    Au Japon, faire du vélo sur le trottoir est toléré par les parents accompagnés d’enfants et de personnes âgées, nous avons donc roulé sur le bord de la route.

    Les maisons se réduisent au fur et à mesure que nous atteignons le bord de mer que nous suivons pendant un certain temps avant que le premier pont ne montre sa forme impressionnante. La pente de la rampe d’accès est bien conçue pour offrir une légère pente. Nous l’escaladons impatients de connaître l’impression de la vue depuis la hauteur d’un pont.

    Le pont Innoshima est le seul pont à 2 étages du Shimanami Kaido et la vue pourrait être meilleure, mais en tant que premier pont de la journée, il est très impressionnant.

    Hassaku-ya

    4/8

    De

    l’autre côté du pont, à mi-pente se trouve Hassaku-ya, un magasin spécialisé dans les fruits Daifuku (pâtisserie de riz mochi). Le Daifuku le plus typique est fabriqué avec du Hassaku, comme le révèle le nom de la boutique, un agrume au goût d’orange citronnée.

    En général, les Daifuku sont farcis de pâte de haricots rouges qui donne une légère sensation de lourdeur, mais ici, l’utilisation du fruit lui-même dans une enveloppe faite de farine de riz Mochi apporte sa texture spécifique et lui donne de la fraîche.Le jus de fruit se mélange au tampon de pâte de fruits ; c’est délicieux !

    Ce n’est pas une surprise car la passion du créateur et son désir de la partager sont évidents. Il suffit de le regarder pour savoir que ce sera bien !

    Sur la route, de nombreux magasins et restaurants disposent de supports à vélos et fournissent de l’eau gratuite aux cyclistes. Pour que les coureurs le sachent, ils utilisent un panneau spécifique. Certaines auberges accueillent les passagers ayant la même idée.

    Un autre avantage de Shimanami Kaido est qu’il alterne les phases « terrestres » dans les villages, le long des plages et les phases « aériennes » sur les ponts au milieu d’immenses panoramas. Mais ce qui est également bien, c’est de s’en sortir et de parcourir les rues qui courent entre les maisons pour saisir un peu de la vie quotidienne des gens.

    Les glaces de M. Miyawaki

    5/8

    En fin d’après-midi, nous nous sommes arrêtés à « Setoda Dolce », un glacier de Setoda situé au bord de la mer. M. Miyawaki, un homme passionné, utilise des fruits et des ingrédients locaux de l’île et les cueille avec soin pour préparer des glaces aromatiques et rafraîchissantes à la mode japonaise avec un bon équilibre en sucre. Il est servi dans un cornet spécialement conçu pour Setoda Dolce et divisé en cellules retenant la matière fondante pour un plaisir « naturel » plus long.

    Celui-ci fond assez rapidement par rapport aux autres car ni agents gélifiants ni autres agents non naturels ne sont utilisés dans la préparation. Il propose de délicieuses glaces fraîchement préparées tous les jours. Je n’ai pas pu résister à la dégustation d’un citron, une expérience aromatique pure : un équilibre exquis entre douceur et acidité. Une glace au lait légèrement salée contient du sel de production locale qui rehausse sa saveur et apporte une fraîcheur minérale à la fin.

    N’hésitez pas à lui parler parce qu’il adore ça : il y a des Japonais qui deviennent des glaciers parce qu’ils ne peuvent pas devenir italiens.

    Le coucher de soleil devant la boutique est magnifique, mais il commence à faire nuit et nous devons nous rendre à l’auberge que nous avons réservée.

    *Visité en novembre 2013.
    *Veuillez consulter les dernières informations concernant le tarif, etc.
    *En savoir plus sur le parcours cycliste Setouchi Shimanami

    Temple de Kosanji

    6/8

    Après une nuit dans l’auberge de l’île d’Ikuchijima, nous commençons doucement notre deuxième journée par la visite du temple Kosanji. C’est un ancien temple dont la particularité réside dans ses bâtiments construits sur le modèle d’un célèbre édifice religieux comme la porte Yomeimon du sanctuaire Nikko Toshogu.

    Il abrite également une grande statue de la déesse Kannon, une caverne symbolisant l’enfer et une colline dont le sommet est pavé et recouvert de statues de marbre blanc de Carrare symbolisant le paradis.

    Il offre une vue magnifique sur la mer et les îles environnantes. Sauf un mois pendant la saison froide, le temple a toujours des fleurs, surtout en août lorsque les lotus contenus dans 300 vitrines fleurissent.

    Tous les temples du Japon ont une voie d’accès appelée (Omote) Sandô.

    Nous prenons ceci du temple de Kosanji. Décoré différemment selon les saisons, il regroupe des boutiques vendant des snacks traditionnels que les cyclistes peuvent déguster en balade, le bâtiment typique d’un ancien bureau de poste transformé en salle de repos pour cyclistes, de riches maisons traditionnelles de producteurs de sel, et au bout de la rue, dans un ancien entrepôt de sel , un petit musée marin gratuit, ouvert dans la rue, tenu par une vieille dame qui ne parle pas un mot d’anglais mais qui vous expliquera tout sur la vie d’un ancien bateau. Une belle rencontre !

    De là, nous nous dirigeons vers le pont Tatara. Sa rampe d’accès se faufile le long des pentes idéales pour les vergers où les arbres issus de l’agriculture biologique sont recouverts de mikan (mandarine japonaise) et de citronniers, originaires de cette île.

    Le pont Tatara, un pont à haubans aux lignes pures, s’intègre parfaitement dans le paysage. Des morceaux de bois ont été placés sous ses pylônes pour permettre aux passants de créer des sons dont l’écho des pylônes résonne avec un effet métallique.

    Hamburger de poisson, Jako-ten

    7/8

    De

    l’autre côté du pont se trouve le parc Tatara Shimanami Michi no Eki, un marché de vente directe pour la production locale de fruits, légumes et autres produits naturels, attenant à certains restaurants. Après quelques heures de trajet, c’est vraiment le bon moment pour une pause sandwich. Je ne peux pas résister au célèbre hamburger de daurade local dans une petite boutique de hamburgers de poisson : très savoureux, fondant en bouche avec une croûte légère et croustillante dans un pain moelleux et croustillant. J’ai également acheté des citrons savoureux et un pot de miel mikan. C’est tout, maintenant nous sommes prêts à passer à autre chose.

    L’île possède quelques musées d’art intéressants mais nous décidons de longer la côte avec cette vue imprenable sur les îles environnantes sous le soleil du matin. Nous montons dans le vert sur la piste cyclable pour atteindre une hauteur surplombant le pont et la baie. Le pont en arc n’a rien de particulier mais la vue depuis celui-ci est splendide.

    L’île de Hakata n’est qu’un lieu de transit pour nous. Nous venons de passer devant un chantier naval, l’une des principales activités locales, et nous nous dirigeons vers le pied du pont d’Oshima. Il y a Marine Oasis, un petit complexe de loisirs où nous nous arrêtons pour contempler les palmiers sur la plage et le pont. Je suis en train de tester un snack très simple et très surprenant appelé Jako-ten. (Vous devriez goûter cette collation très japonaise et locale, un carré de pâte de sébaste cuit à la vapeur et frit).

    Musée Murakami Suigun

    8/8

    Juste assez énergiques, nous traversons le pont pour prendre une route très pittoresque longeant le bord de mer et enfin atteindre la zone de l’île de Noshima entourée de forts courants, où se trouvait la forteresse de la flotte de Murakami.

    Plus loin, après le long port de pêche très typique avec ses bateaux de petite taille, se trouve le restaurant Suigun où nous nous reposons et dégustons un délicieux déjeuner à base de poisson en face du musée Murakami Suigun.

    Les nombreuses îles des régions renforcent l’effet de marée qui se traduit par de forts courants. Ceux-ci étaient redoutés par les anciens navigateurs qui, pour la plupart d’entre eux, ne savaient pas nager. Les habitants ont commencé naturellement à guider des bateaux contre rémunération, piratant occasionnellement des navires, et se sont organisés au niveau de la région avant d’être loués par les fiefs comme flotte de combat supplémentaire pendant les guerres, susceptibles d’affecter les résultats des batailles.

    Le musée, nouveau et clairement organisé, explique leur histoire et propose aux visiteurs d’essayer des armures et des kimonos associés. C’est simple et enrichissant !

    Après la visite, nous retournons au centre du village pour reprendre le Shimanami -Kaido qui traverse l’île en son milieu et passe par deux petites collines pour atteindre les impressionnants trois ponts successifs de Kurushima Kaikyo. C’est un chef-d’œuvre de 4 km de long qui s’étend sur de petites îles. De là, il y a une vue imprenable sur les îles, et nous avons un bon moment pour le coucher du soleil, ainsi qu’un grand spectacle apprécié par les habitants locaux en faisant du jogging ou des promenades en famille.

    Le pont monte avec un faux plat en son centre et de là, il suffit de vous laisser aller à droite jusqu’au terminal cyclable Imabari situé au pied du pont où vous pourrez à nouveau profiter du pont que vous avez traversé. Nous sommes épuisés à cause de la dérive et de l’air pur mais très satisfaits !

    *Visité en août 2013.
    *Veuillez consulter les dernières informations concernant le tarif, etc.
    *En savoir plus sur le parcours cycliste Setouchi Shimanami

    COMPLETE

    Partagez cet article

    Voir un autre cours modèles